18 décembre 2019 555 Vue(s)
Des adhérents motivés

UNE MANIFESTATION REUSSIE

La mobilisation a été forte pour cette troisième journée d’action contre le projet de réforme des retraites. Jusqu’à présent absents, la CFDT, UNSA, CFTC et Fage ont rejoint cette fois la manifestation nationale.

Le Président Macron s’était engagé a ne pas toucher à l’âge de départ à la retraite. Malgré les mises en garde de Laurent Berger, il a passé outre et a décidé de maintenir l’âge pivot de départ à 64 ans. C’est ce qui a motivé la décision de notre syndicat de se joindre au mouvement et de mobiliser 3 500 adhérents salariés et retraités à Nantes. Dans les rangs des manifestants, on pouvait entendre deux mots d’ordre distincts. Le premier pour une retraite équitable pour tous avec la suppression de l’âge pivot, porté par la CFDT et le deuxième pour le retrait pur et simple du projet, porté par la CGT.

La CFDT, la CFTC, la FAGE et l’UNSA étaient solidaires

Comme toujours le nombre de participants diverge entre la préfecture et l’intersyndicale. 15 000 pour la première et moitié plus pour la seconde. Sans oublier nos 8 000 camarades rassemblés à Saint-Nazaire, les 400 à Ancenis et les 250 à Châteaubriant. Mais l’essentiel n’est pas là. L’essentiel est dans la démonstration du fort mécontentement de la majorité des corps de métiers à l’égard de ce gouvernement qui a réussi une fois de plus l’exploit, non pas de rallier les français et les françaises sous sa bannière, mais sous celles des syndicats pour hurler leur désapprobation envers cette réforme décidée quasiment unilatéralement malgré les nombreuses concertations avec les partenaires sociaux.

Depuis les remparts du château des Ducs de Bretagne

Les sept revendications de la CFDT :

1 – Un système de retraite universel solidaire. Hommes et femmes. Public comme privé Polypensionnés, les personnes en précarité et les bas salaires. 93 % des sondés de l’enquête

« Parlons Retraite » répondent que le système idéal implique des règles communes.

2 – Une prise en compte de la pénibilité au travail dans le calcul des modalités de départ à la retraite. 67 % des sondés estiment que le système actuel n’en tient pas compte.

3 – Un droit à la retraite progressive pour les fins de carrière. 62 % des sondés aimeraient bénéficier d’un aménagement du temps de travailà l’approche de la retraite.

4 – Un minimum de pension au égal au SMIC. 85 % des sondés le réclame

5 – Un garantie des droits acquis avant la réforme. Seuls les droits acquis après l’application de la réforme peuvent être modifiés.

6 – Des compensations salariales pour les salariés assujettis à la règle des six mois.

7 – Le maintien du droit à partir à la retraite à 62 ans et du dispositif des carrières longues. 94 % des sondés estiment normal que ceux qui ont commencé à travailler très jeunes puissent partir plus tôt à la retraite.

Ces revendication sont guidées par les valeurs de la CFDT : Solidarité, égalité, émancipation et démocratie.

Articles similaires